Le parc

Le parc héberge actuellement différents félidés, des lynx, un serval et panthères... différents singes, macaques, ouistitis et tamarins ,  des ratons laveurs… une multitude d’oiseaux tels que perroquets, passereaux exotiques, faisans, canards, paons, rapaces nocturnes…. et, périodiquement, des renardeaux, levrauts, marcassins, hérissons, écureuils…blessés ou orphelins qui pour la plupart peuvent reprendre le chemin de la liberté.

Le travail de notre association n'est qu'une goutte d'eau dans le désastre que notre civilisation, notre technique et, surtout notre démographie font subir à notre planète Terre, mais tout secours est une nécessité !

Un grand merci aux collaborateurs, stagiaires, bénévoles qui quotidiennement viennent apporter leur aide et, aux membres de l'association (actuellement 3'000) qui soutiennent financièrement le parc.

Activités

Le parc héberge actuellement une cinquantaine de mammifères, des poissons, des batraciens et environ 300 oiseaux répartis dans une centaine d’espèces. Ils proviennent de surplus de zoo et de privés qui doivent s'en séparer.

Pour nourrir tout ce monde nous devons quérir chaque mois 500 kg de viande, 1 tonne de fruits et légumes, 800 kg de graines, plus des compléments vitaminés divers.
Le travail pour l’entretien des animaux et du parc est d’environ 300 heures hebdomadaires, non compris le travail administratif, exécutées par trois employées, deux civilistes et des bénévoles.

"Tout animal vivant doit rester libre, mais l'homme est responsable de tout animal qu'il a apprivoisé ou qui a perdu la possibilté de vivre libre."

Historique

Cela fait 25 ans que l'Etat de Genève nous a mis ce magnifique domaine à disposition et que les autorités de Bellevue et ses habitants nous ont accueillis sans hésitation.

25 ans, c'est long lorsque les années sont devant nous, mais lorsqu'elles représentent le passé, ce n'est rien. Il semble que c'était hier que nous déménagions et que nous inaugurions notre Parc d'Accueil, le 28 septembre 1991. Inauguration sous une pluie diluvienne. Cependant, nous avions eu la judicieuse idée de commander, entre autres objets à vendre, des parapluies avec le logo du Parc, un singe, Biba, tenant dans ses bras un jeune chaton,... Ils furent tous vendus,... les parapluies ! Pour arriver dans le couloir qui mène vers les pumas, léopards, renards, il faut traverser la volière des paons, canards, faisans et maras ... et bien ce jour-là, il fallait presqu'un canoë pour cheminer à travers cet enclos. Le drainage était déficient et, les visiteurs pataugeaient gaiement!

1973

Début de l'aventure

Ici, je laisse la parole à une amie journaliste.

«La grande aventure du Parc a débutée à Vernier en novembre1973. Connaissant la passion pour les animaux, il fut proposé à Pierre Challandes de reprendre des volières à Vernier. Ce n'était pas de petites volières ! Non, elles couvraient une surface de plus de 2'000 m2 et, agrémentaient un immense et somptueux domaine à Vernier. Pour couvrir les frais occasionnés par la location des volières, sa femme et lui, ouvrirent la même année, une pension pour chats. Et, bientôt ils récupèrent aussi des animaux ramenés de voyage ou achetés sur un coup de cœur, puis, leurs propriétaires ne pouvant plus détenir, ils étaient proposés à Pierre Challandes.»

Comme le dit M-P Dupont dans un article qui lui est consacré:

« Le néophyte reste béat devant la variété des caprices humains en matière d'animaux de compagnie. Etranges coups de foudre, et non moins étranges essais de cohabitation qui se terminent chez Pierre Challandes. Ainsi a-t-il hérité de rutilants perroquets, de singes bagarreurs, de servals hautains, de chats du Bengale, d'une panthère de chine, etc... Et lui, Noé de cette arche improvisée, de les loger, de les nourrir et de nouer d'irremplaçables contacts, au sens littéral du terme. Car il faut voir quand il passe d'une cage à un enclos, d'une volière à une cabane, l'accueil qui lui est réservé, à lui tout seul. Dans le fond, Pierre Challandes et son jardin des bêtes ne serait-il pas une sorte d'oasis dans la terrible débâcle de notre monde? »

1977

Accueil des félins

En 1977, Pierre Challandes a la chance d'accueillir dans son parc, les félins de Monsieur Paul Schauenberg, Dr. en zoologie, qui lui confie pendant près de deux ans ses félins : Chats forestiers, chats d'Afrique, serval, chat de Temminck, margay, chats des Pampas, chat de Goeffroy... grâce auxquels il peut perfectionner ses connaissances dans la gente féline.

Il a beaucoup de réussites dans l'élevage. II passe de nombreuses nuits à observer ses animaux et, à les surveiller. Trois naissances successives de petits chats de Temminck le font connaître des zoos américains qui lui achètent cette progéniture extrêmement rare.

Par la suite lorsque le Dr. Schauenberg quittera la Suisse, il lui confiera sept rats des écorces, originaires des Philippines. Ces rats aussi gros que des chats, de couleur claire, ne mettent au monde qu'un seul petit qui reste attaché à la mamelle maternelle. Pierre Challandes fut un des premiers à obtenir des naissances en captivité. II y en eu sept au total; les petits furent placés dans différents parcs zoologiques, aux Etats-Unis et en France.

1980 - 1984

Recherche d'un nouveau terrain

A la suite du décès du propriétaire des Volières de Vernier en 1980, Pierre Challandes, pour des raisons de succession, reçut son congé; lui et ses animaux sont mis à la rue. Pierre Challandes se bat pour retrouver un terrain, plus de 10 démarches lui donnent espoir et au dernier moment échouent. De recherches en prolongements de bail, les années passent. Parfois découragé il est prêt à renoncer, mais le ronronnement d'un puma, le regard d'un singe,... l'amitié que lui témoigne ses animaux, ne lui permettent pas d'abandonner... on est responsable de tout être vivant que l'on a apprivoisé et qui vous donne sa confiance !

Dès 1984, les recherches d'un terrain s'accentuent, les médias l'appuient ainsi que de nombreux amis des animaux.

« Depuis dix ans, Pierre Challandes accueille bénévolement dans son établissement les animaux les plus divers. Cela va du singe, souvenir de voyage, à la panthère de Chine, attraction de cabaret, sans compter les animaux saisis aux frontières et dont l'office vétérinaire cantonal ne sait que faire » Pierre Lang, Radio TV 8, 1984.

« Idéaliste, désintéressé et fou d'amour pour les bêtes, Pierre Challandes récupère depuis dix ans tous les animaux dont on ne veut plus.. » M. Noverraz, Tribune de Genève, 18 mars 1984.

1989 - 1991

Déménagement du parc

En 1989, après dix ans de démarches infructueuses, ne voulant pas abuser de la tolérance des héritiers à son égard, il annonça la fin de son aventure dans le journal Femina dans lequel il écrivait chaque semaine un article sur les animaux. Il ne pensait pas avoir autant d'anagnostes! Le public et les médias, appuyés par l'office vétérinaire fédéral, réagirent auprès de L'Etat qui après une ou deux tentatives, proposèrent le terrain de Bellevue, que l'Etat de Genève avait acheté lors de la construction de l'aéroport et ne savait que faire, étant en zone d'approche des avions et, inconstructible. Le maire et les autorités de cette commune acceptèrent sans hésiter la venue de cet arche de Noé, l'association du Parc d'accueil fut créée, les premiers financements récoltés, les plans établis et, les constructions du Parc animalier débutèrent. Le gros des travaux furent exécutés par des entreprises spécialisées et, durant l'été 1991, toute une équipe de volontaires vinrent effectuer les dernières finitions. Une franche camaraderie régnait et tous se retrouvaient au Parc les samedis, dimanches et jours libres pour effectuer les travaux de peinture, de construction des abris en bois etc...Généralement le travail du jour terminé, une table et des bancs étaient improvisés avec des planches sur des chevalets et tous reprenaient des forces autour d'une... ou plusieurs bouteilles et d'agapes que l'un ou l'autre amenait.

Grâce à la générosité des membres de l'Association, de Fondations, les constructions de plus de un million furent terminées en un an et demi, sans dette !

1991

Inauguration du Parc

Le 26 septembre tous les animaux avaient déménagés de Vernier et l'inauguration du Parc put se dérouler sous la pluie le 28 septembre1991.

Depuis l'arche vogue, bien, même très bien, grâce, d'une part, au soutien financier des membres de l'Association, aux dons et surtout au travail exécuté bénévolement, jusqu'en 2008, par une équipe formidable. Tout le travail a pu être effectué sans qu'aucun salaire ne soit versé, ce qui a permit au Parc d'économiser une certaine somme. Pierre Challandes ne voulait pas engager d'employé sans que le salaire ne soit garanti pour quelques années, ni que cela soit fait au détriment des animaux et de l'entretien du Parc.

2008

Embauche de Sarah

Le 1er décembre 2008, les économies ont été suffisantes pour engager Sarah qui, depuis 1997, travaillait au Parc comme bénévole.

Sarah Dupanloup est très efficace et, ne compte pas ses heures pour soigner, non seulement les animaux du Parc, mais aussi les bébés animaux qu'il faut nourrir au biberon. Elle a un sens inné des animaux.

Après 2008

L'aventure continue

Après toutes ces années sans congés, ni vacances, Pierre Challandes part à la découverte des animaux dans leur environnement respectif ; il nous rapporte ainsi des récits et des articles qu’il relate régulièrement dans les bulletins du parc.

Le parc fonctionne avec à sa tête Sarah qui dirige toute une petite équipe : Méganne et Clarissa, les employées, deux civilistes, et tous les bénévoles, tant au niveau soins des animaux, aménagements des infrastructures et tâches administratives.

Les installations vieillissent, les animaux sont de plus en plus nombreux, de gros investissements sont engagés afin d’améliorer le bien-être de nos protégés.

Et il y a encore des projets en route……